En mai au rucher

Le mois de mai est celui de l'essaimage et le principal objectif sera de lutter contre. Les fleurs sont grandes ouvertes et pour l'apiculteur l'espoir d'une récolte exceptionnelle avec des colonies bien développées.

Le beau temps est là et c’est la période des grandes miellées. Sur les colonies les plus fortes les hausses ont été posé. Les derniers arbres fruitiers sont eux aussi en fleurs. Si ce n'est pas déjà fait c'est le moment de poser les hausses et de surveiller régulièrement le remplissage de ces hausses.

Quoi faire en mai ? Il faut savoir qu'entre avril et mais les activités sont un peu répétitives au rucher : surveillance de l'essaimage, pose des hausses... Au mois de mai le printemps est installé et les colonies parfaitement développées. La nature est belle, généreuse et offre aux abeilles tout ce dont elles ont besoin.

Lire la suite de En mai au rucher

Au rucher en avril

Le mois d'avril c'est comme le mois de mars, c'est-à-dire qu'on est à un mois charnière qui est important pour le réveil des colonies et le bon déroulement de la saison apicole. L'hiver s'éloigne peu à peu, les nuits sont encore froides mais les journées il fait meilleure.

Avril c'est le mois où le gros travail commence, visite de printemps, surveillance de l'essaimage, élevage des reines. Un moment charnière dans l’année. Tout le reste de la saison en dépendra. Pour le mois de mars on avait vu : Les ouvertures de printemps, les divisions des essaims et selon les années c'est la même chose au mois d'avril.

En une seule nuit, toutes les fleurs des fruitiers peuvent griller à cause du gel. La chaleur et la longueur de l'ensoleillement de la journée ne doivent pas nous conduire à un excès d'optimisme car quelques jours successifs de pluie ruinent les floraisons donc prudence. Variable et changeant, avril peut être un super mois pour les abeilles avec des floraisons qui se prolongent, ou à l'inverse décevant avec des pluies qui tuent rapidement les floraisons. Progressivement, les abeilles d'hiver auront été remplacées par celles qui assureront le développement de la colonie et de la récolte. 

Lire la suite de Au rucher en avril

Mars au rucher

Les premiers pollen sont arrivés, la ponte de la reine est repartie depuis longtemps, la quantité de pollen requise pour la croissance démographique de la colonie est impressionnante. Mars relance l’activité dans la ruche et c'est le moment d’établir un état des lieux.

La visite de printemps consiste à vérifier qu’il n’y ait pas de problème sanitaire. Vous pouvez retirez les deux cadres les plus vieillissants et les remplacer par des cadres de cire gaufrée. Si besoin, c'est le moment de changer de lieu ! Le transport des ruches à ce moment de l'année se fait sans risque, sans précaution particulière mais il faut le faire la nuit tombée.

Si vous recherchez un emplacement, choisissez-le proche de sources melifères dans un rayon de 800 m à la ronde maxi, à l'abri de l'humidité mais proche d'un point d'eau ( 200 à 500 m), à l'abri du vent dominant et ensoleillé. Ces conditions idéales sont favorables au développement des colonies et à la production de miel.

Lire la suite de Mars au rucher

Février au rucher

Au début du mois de Février, la seule chose à faire est de surveiller régulièrement la ruche et il faut vraiment éviter de l'ouvrir surtout si la température n'atteint pas les 13°C. Février est le mois le plus court de l'année mais aussi le pire et le froid devient souvent très intense, l'hiver est encore bien là. Les ruches consomment beaucoup de miel.

En février, un beau temps précoce n’est pas souhaitable car les colonies redémarreraient avant l’heure et ne supporteraient pas un retour brutal du froid. Qui dit hiver, dit nourriture, si les réserves se sont révélées insuffisantes à l'automne, il ne faut pas hésiter à mettre du candi sur le trou du couvre-cadres ou directement sur la tête des cadres, là où sont les abeilles.

Le sirop, que l'on donnera fin mars-début avril dès que le temps dépassera régulièrement 13°C, servira à accélérer la ponte de la reine. En dessous de cette valeur, le sirop trop froid ne peut être pris par les abeilles qui tomberaient engourdies par le froid. Un indicateur: Heure d'été = sirop, heure d'hiver = candi. Avec les chaleurs que nous connaissons parfois en hiver, les pollens rentrent les beaux jours.

Lire la suite de Février au rucher

En Janvier au rucher

L'hiver est là et c'est le premier mois, le froid est au rendez-vous et parfois de la neige aussi. Il faut surveiller les entrées des ruches, les dégager de la neige qui aurait pu s'y mettre.

C'est un mois de grand repos pour les abeilles et la colonie doit affronter le froid. Les jours vont bientôt commencer très lentement à rallonger, les colonies mangent leurs réserves ce qui a pour effet de progressivement réduire le poids de la ruche. Au cours de Janvier, puis de Février, cette décroissance de poids va s'accélérant, il faut surveiller les pains de candi. Le couvain reprend vers la mi-Janvier (plus tôt dans les zones plus chaudes dans le sud et plus tard dans les zones plus froides dans le nord).

Avec sa lumière plus vive, l'allongement de l'ensoleillement qui entre par le trou de vol, stimule les abeilles. Elles consomment les réserves de pollen et de miel, la gelée royale apparaît, la reine reprend la ponte.

Lire la suite de En Janvier au rucher